La Culture des Palmiers

La fertilisation des palmiers

La fertilisation des palmiers

A tout âge, les palmiers bénéficient grandement d’un apport régulier en fertilisants. Qu’ils soient d’origine organique (fumier, sang desséché, guano…) ou chimique, ils doivent être apportés dans les proportions indiquées par le fabricant dès le début du printemps et jusqu’à l’automne, à intervalles réguliers.

L’application d’engrais doit être suivie d’un bon arrosage pour permettre aux éléments nutritifs (essentiellement l’azote (N), le phosphore (P) et potassium (K)), d’atteindre le système racinaire.

Un engrais complet ou universel fera bien l’affaire. Idéalement, le ratio N-P-K doit être de 3-1-3, c’est à dire trois parts d’azote, une part de phosphore et trois parts de potassium. Les oligo-éléments comme le fer et le manganèse, généralement présents dans ces engrais, sont importants pour éviter certaines carences (jaunissement du feuillage, malformation du cœur du palmier), tout comme le magnésium.

Les engrais à diffusion lente (type Osmocote) sont très précieux pour les jeunes sujets récemment installés, ainsi que pour les palmiers cultivés en pot. Mélangez quelques poignées de ces granulés enrobés à la terre du trou ou au terreau de rempotage. Ils libèreront progressivement les éléments nutritifs et assureront une croissance régulière durant toute la saison. Il convient de renouveler cet apport tous les ans, au printemps.